Réaliser des travaux de rénovation énergétique pour obtenir la prime énergie

travaux de rénovation énergétique
En optant pour une rénovation thermique chez soi, il est possible d’améliorer son confort personnel, de faire des économies et enfin, d’accroitre la valeur de son bien immobilier.

Une modernisation thermique tous azimuts

Les maisons anciennes constituent un enjeu prioritaire pour l’efficacité énergétique prônée par l’État. Ces habitations peuvent générer jusqu’à 50% de déperditions de chaleur en raison d’une isolation défaillante. Les fuites d’air chaud sont le plus souvent constatées au niveau du toit, des ouvertures (portes et fenêtres) de la maison. Dans de tels logements, le système de chauffage est en général ancien et ses canalisations traversent des pièces froides. Près de 10% des calories destinées au confort thermique sont alors perdues et gaspillées. Grâce à un dispositif comme la prime énergie, il est possible d’isoler ces conduites de chauffage avec efficacité, cliquez ici pour en savoir plus. L’isolation en général est d’ailleurs un point crucial à ne pas négliger durant les travaux. Les matériaux écologiques sont très prisés car leur résistance thermique n’a rien à envier à celle des isolants synthétiques. Les professionnels ont recours, entre autres, au chanvre, au liège ainsi qu’à la perlite ou au verre cellulaire. L’isolation doit bien sûr être réalisée au niveau du toit mais aussi sur les murs, à l’intérieur et à l’extérieur, sans oublier les portes et les fenêtres.

Changer son mode de chauffage

Depuis plusieurs années, les chaudières sont devenues des équipements performants, capables de vous aider à maîtriser votre facture énergétique. Ces nouveaux systèmes de chauffage ont également l’avantage d’être moins polluants. La chaudière à basse température fournit une eau à 50°C mais elle est bien moins énergivore qu’un modèle classique. Les économies d’énergie ainsi réalisées peuvent aller de 12 à 15% par rapport à une installation standard. Encore plus pratique, la chaudière à cogénération donne la possibilité de produire du chauffage et de l’eau chaude pour l’usage de la maisonnée. Ce style d’appareil peut en outre couvrir 50 à 80% de l’électricité dont vous avez besoin : la chaudière à cogénération produit en effet de l’électricité ! Enfin, la pompe à chaleur est une solution à envisager afin de coupler les énergies. La RT 2012 (règlementation thermique 2012, qui a pour but de limiter la consommation énergétique des bâtiments neufs) donne d’ailleurs l’obligation de recourir à une énergie renouvelable. La géothermie utilisée par les pompes à chaleur est un moyen écologique de chauffer ou climatiser sa maison.

Des aides financières de l’État

La rénovation énergétique d’un logement est certes économique à long terme mais elle nécessite un investissement parfois important au niveau des travaux. Afin de donner un coup de pouce aux particuliers qui souhaitent mieux isoler leur habitation ou bien remplacer leur chauffage, des aides financières existent sous certaines conditions. Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) concerne les dépenses liées aux travaux d’isolation dans votre habitation principale. Il n’est pas nécessaire d’en être propriétaire pour bénéficier de ce crédit d’impôt. La prime énergie prend quant à elle la forme d’un chèque en euros qui est un complément à la TVA réduite (5,5%), autre coup de pouce incitatif qui est réservé aux travaux d’amélioration des logements d’habitation. L’éco-prêt à taux zéro s’avère également intéressant pour financer sa rénovation énergétique. Il concerne les propriétaires bailleurs ou ceux qui occupent leur propre bien immobilier. Son montant est compris entre 7000 et 30 000 euros. De multiples aides sont prévues, certaines émanant même des collectivités locales ou de la CEE. A chaque profil correspond forcément une incitation à réduire son empreinte énergétique !